REWU @ Gaieté Lyrique : Monnaies complémentaires, la révolution douce et profonde

Samedi 5 Avril 2014, j’étais l’invité de l’émission REWU : Read With Us pour présenter les livres clés qui ont formé ma pensée sur les monnaies complémentaires.

Le plateau dure 2 heures et c’était un grand retour en arrière, une belle synthèse des humains qui m’ont inspiré, des livres, des blogueurs aussi que j’ai suivi et qui m’ont transmis leurs visions.

 

Aveu de vulnérabilité

Construire un nouveau système monétaire, imaginer les règles d’une nouvelle monnaie, de nouvelles règles pour identifier, reconnaître, mesurer, échanger la valeur pose des millions de questions, pour définir des paramètres, des options, des modes de fonctionnements nouveaux et la confiance que nous pouvons avoir entre nous, ses fondamentaux.

C’est un exercice difficile qui demande de laisser derrière nous tout ce que nous avons connu, de reconnaître qu’il faut recommencer à zéro, repenser depuis la feuille blanche et imaginer autre chose, à la fois pas si différent et pourtant intrinsèquement nouveau.

Construire un système cohérent, complet qui puisse satisfaire les besoins des humains dans une société fluide, conscient des limites de la planète, de notre place dans la chaîne du vivant, de l’impératif besoin de coopération, de respect dans nos relations entre voisins, entre régions, entre pays, du besoin de partage et de responsabilités face à tous les challenges qui nous regardent en ce début de 21ème siècle vient nous questionner profondément, jusqu’au coeur de nos peurs les plus profondes.

Cette quête nous challenge d’abord sur notre foi en l’homme, en l’humain, en la vie. Elle nous challenge aussi sur le comment faire tout cela. Elle nous challenge sur notre capacité à mettre tout cela en oeuvre. Ensemble? Qui y croit vraiment? Nous aimons repérer rapidement les bisounours, les dénigrer et reprendre nos affaires. Mais de vrais peurs sont tapies ici : la peur du manque, la peur de se faire trahir, la peur de ne pas avoir assez, la peur de se faire arnaquer… Elles existent et nous collent contre le mur, nous paralysant pour éviter de faire le saut dans le vide dans ces nouveaux systèmes qui appellent un vrai lâcher prise et une confiance profonde en la vie, en l’avenir.

Et même si c’était possible, nos croyances nous rattrapent et nous disent qu’il est trop tard, ou qu’on y arrivera pas ensemble, ou en tout cas pas à l’échelle de la planète.

Je suis convaincu que c’est possible, en fait je ne vois déjà plus d’autres alternatives. L’ancien étant déjà condamné à tous les niveaux, il n’est plus une option viable et rester collés au mur ne fait que compliquer et retarder le saut qu’il faudra de toutes façons faire…

L’aveu de vulnérabilité :
Dans cette quête, j’aimerai pouvoir vous garantir que nous savons le faire, que nous avons les réponses, que nous allons y arriver, que tout est déjà calé et que vous n’avez plus qu’à nous rejoindre et que c’est facile et garanti. J’aimerai vous garantir que vous pouvez avoir confiance et qu’avec nous tout va fonctionner. Ce n’est pas le cas. J’aurai aimé tout maîtriser et vous dire c’est bon, venez tout est prêt. Ce serait mentir.
Nous avons déjà des exemples de systèmes qui marchent, mais ce n’est plus possible à mes yeux de prendre cette garantie et de m’engager à ce que ces systèmes fonctionnent, fassent tout à notre place, gèrent nos ressources, nos échanges, reconnaissent la valeur et que si l’un de nous ne peut plus payer, que le système garantisse le fonctionnement, le paiement, la confiance des uns et des autres.

Je peux m’engager à faire tout mon possible pour que le système fournissent les informations pour créer la confiance, que le système soit transparent et permettent aux acteurs d’agir en étant informés, nous allons d’ailleurs nous y engager! Mais il ne nous est plus possible de garantir quoi que ce soit et il ne nous est pas possible en tant que gérant du système de prendre cette position.

Ce serait même de la folie à mon sens de vouloir recommencer et faire comme si nous avions la capacité de prédire l’avenir et de tout garantir, l’avenir, les défauts, les échecs et les risques.

Ce que par contre je sais, c’est que nous sommes une espèce plutôt douée, magique même, faite de millions de cellules qui interagissent entre elles et avec les millions d’espèces qui nous entourent en permanence, nous constituons un ensemble complexe et pourtant bien cohérent qui a trouvé un grand nombre de moyen d’évoluer, de s’adapter pour grandir, survivre, muter, se transformer et aller de l’avant.

Si je n’avais pas confiance dans un système qui peut tout garantir, j’ai confiance dans notre espèce et dans notre capacité à trouver des solutions ensemble, dans notre capacité à coopérer, à nous serrer les coudes et les coeurs pour faire face ensemble, pour organiser, définir, ce qui compte, comment nous pourrons créer des relations saines, respectueuses, durables, libres et fraternelles.

Cela nous demande de l’écoute, de la solidarité, du respect et de rappeler à notre mémoire la conscience de l’interdépendance qui nous unit et nous a toujours unit.

C’est ce qui nous attend. N’attendons pas plus, l’heure est venue.

Relions-nous, cocréons et prospérons ensemble.

Mes revenus et échanges monétaires professionnels en 2013

Voici le temps de vous partager le résultat de mon activité d’auto-entrepreneur pour 2013. En effet, je pense que l’argent ne devrait pas être un tabou. Ainsi je souhaite vous partager combien j’ai reçu, de qui, dans quelles conditions et pour quelles missions. Nous pouvons en discuter, s’étonner, mais je souhaite que cela ne soit pas secret car je crois que cela concerne tout le monde et permet à mes précédents, futurs et potentiels partenaires de voir les missions que j’ai réalisé et pour qui. En fait, je n’ai rien à cacher alors je choisis de tout montrer!

Je pratique la participation consciente dans mes échanges (issue de l’expérience de l’Université du Nous) , ce qui signifie que je donne mon temps et réalise la mission confiée et l’entreprise choisit ensuite, en fonction de ce qu’elle estime avoir reçu ce qui est juste pour elle de me donner en échange. Il n’y a pas de prix minimum, pas d’attente, une liberté et une responsabilité de chacune des deux parties : pour moi de m’épanouir et de donner le meilleur de moi dans ce que je fais, pour l’autre de sentir ce qui est juste.
C’est un grand pas de côté qui fait sortir de la notion de compétition, de négociation et de sortir gagnant ou perdant de l’échange. Par ma posture je choisis et suis déjà heureux d’avoir donné, le montant choisi est un remerciement mais ce n’est pas le motif de mon travail.

Voici donc mes prestataires et échanges de 2013 :

Finances EH 2013Pour l’avoir déjà posté sur Facebook j’ai remarqué que cela générait également des discussions intéressantes car nous en parlons si peu d’argent en France…

Le super-organisme s’éveille à lui-même

Chaque jour, je rencontre des nouveaux collègues, des coopérateurs. Pourtant je suis auto-entrepreneur à Paris. Pourtant ils sont à Londres, en Allemagne, ou à New York. Mais nous nous relions, jour après jour, nous nous reconnaissons car nous faisons partie du même organisme, nous contribuons à la même œuvre : rendre l’économie plus humaine, resynchroniser les humains dans le grand ballet cosmique. Chacun constitue un des organes de ce nouveau corps que l’humanité est en train de co-créer. Chacun apporte des réponses au sujet sur lequel tous planchent. Chacun apporte une spécificité que les autres n’ont pas exploré et ainsi nous nous complétons.

Nous nous connectons et en 3 mots nous nous reconnaissons comme si nous étions dans la même entreprise, dans la même équipe de foot ou dans la même chorale. Nous partageons la même cause, nous partageons les mêmes valeurs, souvent nous avons beaucoup plus en commun qu’avec bons nombre de nos voisins ou des personnes avec qui nous avons pu grandir ou passer des dizaines d’années.

Nous faisons partie d’une espèce bizarre, drôles d’utopistes qui rêvent de changer le monde. Mais elle ne fait pas que cela, chacun est déjà en train de changer son monde. Localement, pas à pas. Et nous nous relions pour nous donner de la force, pour échanger nos recettes, nos visions, nos apprentissages et nos échecs, accélérer la transition et notre façon de l’aborder. Plus nous avançons et plus nous savons que nous ne sommes pas utopistes et que l’utopie est de croire que cela peut continuer comme avant.

C’est comme si j’observais et en même temps que je participais à la création de ce super-organisme.
Qui va faire le sang dans la nouvelle économie? avec quelles propriétés? Qui va faire les poumons dans ce nouvel organisme? qui en aura la responsabilité? y en aura-t-il seulement 2? Comment on décidera? Qui gèrera le cœur et comment? Y-a-t-il un cerveau qui coordonne? des milliers? Qui gèrera la gestion des déchets et comment? Quel système immunitaire pour se protéger des virus? Comment on répliquera l’ADN de nos cellules? Comment garantir l’autonomie locale et la reliance globale?

Chaque jour qui passe, je me connecte avec des chercheurs, des expérimentateurs, des pionniers, des têtes de réseau, ici en allemand, là en espagnol, ailleurs et souvent en anglais. Leur dernière conférence où ils parlent de la propriété est sur internet, leur dernier livre parlent des communautés qui coopèrent, l’autre s’est spécialisé sur la liberté de l’information. D’autres encore plus connus racontent les communautés qui émergent, la légende du colibri. La mosaïque prend forme, le puzzle se complète.. invisible des écrans de télé. La toile se tisse point par point.

Et toujours cette joie, de découvrir que nous sommes des millions. DES-MILLIONS!

Gaïa

Ce Super-organisme est immortel car l’esprit qui l’habite est celui même de la Vie. Il est inarrêtable car son moteur et celui de la Vie. Il est diffus et confus car il est si grand que nous n’arrivons pas à capter sa forme. Il est si puissant qu’il est encore invisible et imperceptible de nos petits yeux ou de nos médias traditionnels. Il est d’une espèce nouvelle qui a sûrement existé par le passé, mais je ne crois pas à cette échelle.

L’Humanité est en train de devenir adulte et de muter. Son corps change à une grande vitesse. Bien sûr l’ancien corps se tord et domine encore le champ de perception traditionnel, mais si vous regardez entre les lignes, si vous regardez derrière les apparences, si vous vous synchroniser sur cette intention, alors vous allez entrer dans la grande danse de cet univers en mutation, en ébullition, en construction.

Nous sommes des millions. Nous sommes partout. Nous sommes en chacun de nous, au fond de chacun des Humains, nous sommes la Vie qui veut vivre. Nous sommes la Vie qui veut guérir, soigner, aider et s’aligner avec l’Univers, vibrer en cohérence et s’unir en résonance.

Ce n’est pas la planète qui est en danger, c’est Nous. Le réchauffement climatique n’est pas un danger pour la planète, c’est l’opportunité pour nous de faire fondre la glace qui entoure nos cœurs.

Ouvrez les yeux, ouvrez le cœur et entrez dans la danse, l’Humanité recrute, d’ailleurs vous avez été embauché il y a longtemps, il est temps de vous en souvenir!

Humanité réveille-toi et rejoins la plus grande équipe jamais constituée!

2014 : The Wave is Here

Preparing the biggest event of our live is like waiting for the Wave. Surfers spend most of their time in water, paddling, watching, waiting. They prepare, they train, they spend hours and hours of swimming waiting for the good wave, the one they have been dreaming of. They need to be prepared because when it’s here, it is here.

Like a black swan, it might never come, you might wait for it all your life and dying without having the pleasure to had surfed it. It might never be the one you expected, it might come a day you are not surfing. But if you are here, the day it comes, this will be the biggest wave of your life, the moment you have been waiting and preparing for. The moment you dreamed about every morning when you stood up. The reason why you are alive and living on this earth.

I have been dreaming of a world of cooperation. Radical cooperation.

A world in which competition between businesses doesn’t exist.
A world in which companies collaborate to create useful services for conscious markets.
A world where there is no difference between a citizen, a company & a politics, a world where we all get to work together as a team, as a family, as a tribe, as the different organs of a big body, a world where we paddle together in the same direction.
A world in which nature, animals and the environment is part of us and not perceived as something external : outside of us.
A world in which we respect each other, nature and the animals as I respect my arm, my foot and my friends. Not because I get to pay fees and taxes if I hurt it, but because I can feel empathy, because I can feel united to it, because I know I am part of Nature and Nature is part of me.
A world in which behaviors are not pushed, limited or controlled externally by laws, lobbies and punition, but inner driven by values like integrity, consciousness of the whole and the gold feeling and grace of being Human.
A world where dreams and intuitions are our real motors and compass.
I dream of a world where money is not developing the powers in place and widening the wealth gap between humans but rather a world where money serves as an elastic to keep us close together, where money binds and unites us in a collective mission : develop all life toward coherence and unity.
In this world, there is no work or companies that exist with people that do it for the money. An unbearable boss is not an option anymore and a boss becomes a questionable role. Each action is driven by happiness, driven by the Joy of doing what you like to do. Each day, each moment is created in consciousness that I am the Creator of my life and that I co-create the events that happen to me. I know that my inner state and my happyness create the world that surrounds me. Therefore I know that Happyness is the Truth!

Each day of work is linked to a bigger purpose to contributing to something bigger then just us. Money becomes an accessory because you are already filled and overwhelmed by what you receive when you do what you love. In this world, money becomes just a tool, an indicator for us to rewire the flows of our society depending on the Needs and the Priorities, like blood pressure or heart beat.

A world where you are so passionate about what you are doing that you could get all your friends to join you.
A world where each day of your life is different yet each day of your life is the most amazing day of your life.
A world where you know that each problem, each bug, each situation is an opportunity to grow, to ask help and to progress.

We all have it inside our hearts, we dream of it but many shut down their dreams because of fears or deceptions. Fear of not knowing how to do it, fear of not knowing the consequences.. fear of being hurt again and sad of potentially not succeeding.

2014 is a year of surfing. Whatever your dream is, has been, was, will be, it is time to trust yourself, to dive into the deepest waters to find the jewel, the gift, the purpose of your presence here. Once you have found it, it is time to come back and to offer it to the world, the world needs you. I need you.

I beg you to respect yourself as your respect Nature, I beg you to trust yourself as I trust you, I beg you to harvest your dream and to share it with the world. I need you to thrive, I need us to thrive, each and everyone of us.

I wish for you in 2014 to find your Dream and to share it with the world.

I feel that 2014 is the year of a new dawn : surfers, riders, humans, let’s ride together!
The Wave is Here.

Russia Today parle des monnaies complémentaires françaises

Voici une présentation du JT russe Russia Today sur la perte de confiance dans l’euro ainsi que l’apparition des monnaies complémentaires en France.

J’interviens en tant qu’expert et porteur de projet local.

Le sujet sur les monnaies complémentaires commence à partir de 2 minutes 11. On y voit Hervé Pillard, avocat, Ghislaine Scheffer, présidente de l’association de la monnaie locale la Pêche et un commerçant de Montreuil. Sont également mentionnés le Bitcoin et la carte des monnaies complémentaires en France.

2013, argent l’ancien et le nouveau : un Homme nouveau

Si je me retourne pour regarder 2013 depuis son début, ce fut une année vivante, riche, très riche en événement forts et intenses. Des espoirs, des déceptions, des nouveautés, des changements majeurs.. et surtout une grande sortie du tunnel monétaire :
2013 c’est l’année où j’ai gagné de l’argent euros et l’année où notre projet monnaie pour l’Île de France a vu le jour, soutenu et financé par la Région.
2013 fut une année profonde dans l’apprentissage de l’amour, de la vie à deux, de l’évolution avec Chloé.
2013 fut une année riche pour le Masculin, ma part masculine avec le Festival du Masculin, le stage Tantra Homme, ma participation au cercle d’Hommes.
2013 fut une belle confirmation pour la musique avec la progression douce et qualitative de SEML et une reconnaissance de la beauté de ce que nous avons créé
2013 fut définitivement l’année où j’ai compris que j’étais entrepreneur, créateur.

Chloé et ZouJanvier Pas de Nantes : la vie à 2

En Janvier, alors que j’avais tout préparé pour partir à Nantes, travailler sur le projet de monnaie locale, je comprends assez vite que cela ne se fera pas et que je resterai à Paris. Nous habiterons donc à 2 dans mon appartement avec Chloé. C’est aussi chouette que flippant pour moi et je vais passer 9 mois à vivre avec Chloé dans une nouvelle configuration qui m’était inconnue jusque là!

Février : Séminaire sur les futures leaders mondiaux sur l’intégrité en Turquie.

Un séminaire sur-puissant d’une semaine, une plongée au fond de mon intériorité, une semaine qui dure un siècle, une intensité de chaque instant.
Le professeur Stefano d’Anna a créé une école pour X-Men, ayant lui même écrit un livre appelé l’école des Dieux, il a réuni autour de lui une équipe protéiforme : musique, gym, théâtre, psychologie transpersonnelle, philosophie grecque pour aller nous questionner sur notre rêve pour le monde et notre intégrité. Aller chercher au fond de nous ce qui fait des individus indivisibles, incassables et des futurs leaders pour le monde.

Mon rêve : créer un monde de coopération dans les 5 ans à venir.
Je n’ai rien vue de la Turquie, mais j’ai voyagé à l’intérieur de moi dans mes peurs, mes rêves, mes ombres et des endroits où je n’étais jamais allé. Je recommande le voyage à ceux qui rêvent grand : http://futureleadersfortheworld.com/

OuiShare Fest en Mai

3 jours d’événementiel à haute pression pour relier les acteurs européens et français sur l’économie collaborative. Être présent avec OuiShare pour organiser, fédérer, gérer cette communauté florissante de jeunes entrepreneurs qui partagent sous toutes les formes. Un superbe événement, très intense pour moi avec de nombreux rôles et casquettes qui m’ont permis de faire vibrer toutes les parties de moi : initiation au Wutao, petit concert d’alto, table ronde sur les monnaies, atelier sur les banques du temps, organisation d’événement, briefing d’équipes etc.. Mon moment préféré : pouvoir remercier sur la grande scène Antonin pour sa vision, les cofondateurs et inviter petit à petit sur la scène tous ceux qui ont fait de cet événement une réalité.

Être assistant du stage Tantra Homme avec Jacques Lucas

Départ à Montpellier pour 4 jours avec une trentaine d’Hommes. 4 jours pour découvrir le masculin qui est en nous, pour découvrir et rencontrer des frères, partager des moments intenses en humanité et comprendre qui je suis. J’étais cette fois-ci assistant dans le staff de Jacques Lucas. Un honneur d’accompagner ces Hommes dans leur passage, un vrai régal d’être là avec eux, pour eux, présent. J’ai eu la chance de leur offrir une initiation au Wutao le dimanche matin et j’en garde un souvenir puissant et magnifique. Je recommande ce stage à tout homme qui veut se découvrir, se connaître et découvrir le masculin qui est en nous.
>> http://www.horizon-tantra.com/stage-homme-tantrique.php

Juin : j’ai gagné de l’argent, enfin!

Grâce à mon travail pour la ville de Nantes dans le partenariat européen CCIA et à ma collaboration avec Citizen Can, me voici sorti du tunnel monétaire et je l’annonce officiellement en donnant les chiffres de ce que j’ai gagné. Cela change beaucoup de choses et l’expérience est intéressante pour quelqu’un qui parle de monnaies complémentaires, de vivre sans, et finalement de gagner des Euros.

OuiShare Summit à barcelone : 5 jours pour fédérer et structurer la communauté

Magnifique moment de fête avec la communauté OuiShare en interne. J’ai accompagné mon ami Cristobal dans l’accueil des membres et la gestion de l’espace pour faciliter les échanges, les rencontres et l’ADN de l’événement. Un régal de jeunesse, d’être à ma place dans ce rôle et un beau moment de constructions avec ceux de mon âge.

 

 

Masculin-Masculin! Le 1er Festival du Masculin en Juin 

Génération Tao et le Centre Tao à Paris m’ont permis de co-organiser le Festival du Masculin. Une aventure commencée à la suite du 1er Festival du Féminin, l’occasion pour nous d’inviter les hommes à se rencontrer, mais pas que, d’inviter les femmes également à découvrir leur polarité masculine. Un beau WE avec des intervenants venus des 4 coins de France et de Belgique, des sujets pointus, des ateliers vivants et une dynamique magique avec les 80 participants qui sont venus goûtés à notre recette. Un grand challenge pour moi d’être là, d’animer, de parler devant tous ces hommes, d’occuper mon rôle sans avoir peur, d’être à la hauteur.
Les rendez-vous au Centre ne manquent pas et j’ai également aidé dans l’organisation sur les 2 festivals du féminin. Cette année marque également ma participation à un cercle d’Homme du réseau Homme. Et puis c’était aussi ma 2ème année en tant qu’instructeur Wutao et j’ai eu le plaisir de retrouver toute la tribu du Wutao à l’occasion des 4 WE de formation continue.

Ecrire, devenir expert reconnu sur la monnaie

En Juillet, j’ai posé les premières pages du livre dans un coworking magique dans le Vercors organisé par mon amie Shabnam avec Stéphane, Anna, Mathieu & Vincent. Une équipe de choc, chacun avec son projet. J’ai pu me concentrer et accoucher des premiers chapitres de mon livre. Comment expliquer en 60 pages l’essence de ce que j’ai compris? Comment expliquer à quelqu’un qui n’y connait rien et ne s’y est jamais intéressé en quoi ce sujet le concerne, l’implique et l’influence chaque jour?
Découverte pour moi du travail de précision, d’orfèvre qu’est l’écriture d’un livre avec des questions profondes telles que : finalement, c’est quoi ce que j’ai à dire? une vraie étape de recherche intérieure, d’affirmation sur quel est mon message et qu’est-ce qui est superflu, trop complexe et qui n’aura pas sa place dans ce livre qui se veut grand public.
Recherche d’expertise également avec la demande de CIR sur la masse monétaire et la matrice de création de monnaie liée aux richesses réelles. C’est la pierre philosophale de mon travail sur la monnaie : finalement, à quoi on va donner du crédit, de la monnaie pour quelle richesse créée? un projet rentable? du bienfait? du bonheur? Comment on fait pour que cette convention inventée par l’homme, la monnaie, reste en lien avec la richesse réelle et ne créée pas de bulles?

>> http://www.zoupic.com/2013/09/02/le-pouvoir-de-creation-monetaire/

Magnifiques vacances à 2

Partager le Wutao avec Chloé aux Arcs, partir un mois avec elle en voiture, rendre visite à nos amis du Sud, dans les rivières, les fêtes traditionnels, les jams sous la tente, les baignades multiples et variées. Un beau mois de respiration, de création aussi avec la chanson du Wutao, la vidéo du Wutao qu’a fait Chloé, la chorégraphie des enseignants du Wutao sur la place du Soleil, un moment très fort pour tous, pour Pol & Imanou, créateurs du Wutao de voir 20 de leurs élèves offrir une prestation. Le rêve devenu réalité.

à venir, une Vidéo Wutao Hommes

Symba IDF : la naissance d’un Lion

C’est l’aboutissement de mon investissement sur les monnaies, l’incarnation concrète et tangible : la naissance du projet Symba, cette monnaie inter-entreprise pour l’Île de France. Ce qui est magnifique dans ce projet, ce sont les personnes avec qui je le créée. Ce qui est impressionnant, c’est la façon dont nous travaillons : nous sommes tous dans nos structures respectives avec nos spécificités et nous coopérons dans une belle symbiose. Aucun de nous ne peut réaliser ce projet seul : nous avons besoin des uns des autres pour le mettre au monde. C’est aussi ce que nous proposons dans la monnaie : se relier car seuls nous n’existons pas, nous avons besoin les uns des autres et Symba vise à relier et fédérer toutes ces entreprises et organisations qui font du bien au monde, aux humains, à la nature. La joie de savoir que ce projet prend racine sur le territoire où je vis, la région la plus symbolique de France, la plus grosse aussi et cette graine qui va devenir peu à peu un énorme projet politique de changement de société… à suivre..

1525701_10152154072787059_979010387_n

Les conférences et les interviews

Cette fin d’année a été riche en sorties terrain pour rencontrer les acteurs d’Île de France, mais à Nantes aussi, ces acteurs qui bougent, s’intéressent au sujet, veulent créer leur monnaie car ils ont compris que notre monnaie ne marche plus et qu’elle créée plus d’inégalités qu’autre chose. Des sorties riches, pour présenter, transmettre, former ou plutôt déformer les croyances des uns et des autres sur la monnaie. De belles rencontres avec toutes ces âmes qui sont déjà sur le chemin d’une économie plus vertueuse.
Pour moi une belle sortie de ma grotte, l’heure de transmettre, d’améliorer mes power points et de regarder quel chemin je prends pour expliquer le plus simplement possible, le plus sincèrement ce que je comprends de la monnaie, des monnaies et de donner les clés pour que chacun puisse s’approprier le sujet.

Et en fil rouge : la musique

Que ce soit chez Adel, la chanson du Wutao, les chansons avec Miam, les festivals et concerts de Chloé, la sortie de la 2ème compile de SEML, les interviews radio/presse, la sortie collective à Eindhoven. La musique a rythmé cette année 2013 sous ses diverses formes, à chanter, à jouer, à danser et à préparer des projets pour vibrer.. Une fantastique année de musique et une joie de progresser à l’alto.

>> http://whyd.com/u/4ff5c14d7e91c862b2a7c2ba/playlist/1

Chloé Zou CDLN

Quand je regarde derrière, 2013 fut une belle année. Merci pour toutes ces rencontres, tous ces moments, toutes cette expérience et en route vers 2014!

Sommes nous libres de payer nos impôts? ou obligés?

Et si nous étions libre de payer nos impôts, à quoi ressemblerait notre économie, notre nation?
Wikipedia fonctionne dans l’économie du don et nous permet à tous d’en profiter bien que seulement une minorité contribuent. Cette dynamique spécifique du web a permis à l’humanité de se doter d’une encyclopédie en ligne d’une ampleur inédite.

Et si, à la manière de Wikipedia, nous étions libres de contribuer, ou non, à la hauteur que nous souhaitons aux impôts que nous donnons à notre nation?
Et si, à la manière de l’économie du don, nous étions libres de contribuer ou non aux services que nous recevons, qu’est-ce que cela changerait?

Si plutôt qu’une obligation, nous avions le choix, et la visibilité sur la conséquence. Imaginez sur le site impots.gouv.fr une jauge “nous sommes à 756 millions d’impôts récoltés sur les impôts sur les revenus pour 2013″ il nous faut encore 42 milliards pour permettre de faire fonctionner notre économie.
“encore 3 milliards” et nous pourrons assurer le programme d’investissement pour les écoles
“encore 7 milliards” et nous pourrons continuer la guerre en centrafrique
“encore 12 milliards” et nous pourrons continuer de financer la dette française

Utopie? Faisable? A quelles conditions? Qu’est-ce que cela changerait pour vous?

If the sharing economy is about renting, i’m out

my favourite question since day 1 in OuiShare.

0) Sustainable dev – allocation of ressources
Sharing a space – co using and re-using good in a time of intensive sustainable development needs is a very good move. It’s smart, it’s usefull, it’s logical.

1) definition of sharing
There are 2 different meanings I can attribute to sharing in french : partager, they are close, but refer to different feelings if I may say. The first one is something close to dividing. One Share says it all. We share shares, it’s close to mathematics and cold science. The other one is about experiences and humans, to experience something together as human, we shared a good moment : you can’t divide that moment I would rather say “living together” then divide.
It refers to me as the natural rush from children to divide things into pieces but to distribute shares to each person in a room in order to have the same piece of the cake and to eat the cake together and experience eating together
>> Sharing is caring

In this second part of the definition, sharing calls to the heart, to something warm, something profound and deep.

2) sharing and renting
There is nothing wrong with renting and earning money. The problem I see is when renting is called sharing, misusing the warm part of sharing to use a more trendy and human face.
Said in other words, in renting the story is not “people come together, put ressources in common and share them” it is “people who have some specific ressources rent them for other people who need them”

While you still have the allocation of ressources effect that suits sustainable development’s problem you just lost the sense of community and of deep connection.

3) money money money
Sharing is one of the most powerful resistance to the monetary system since it goes perfectly against its growth and program : monetizing and creating profit with everything nature gave us.
Sharing, as well as giving are 2 of the best counter-system answers that don’t contribute to monetize things. It is an act of resistance saying my relation has huge value but no price, I’d rather share my stuff/car/appartment then sell or monetize any of this. (see sacred economy from Charles Eisenstein)

4) the choice
While the monetary system is entering its final phasis, sharing, the warm one is very appropriate to resist, while sharing, the renting one is just more of the same monetization process (and there is nothing wrong with it).

This is why from day one I have been vigilant to what do we speak about when we speak about sharing and not to put all dynamics / organisations in the same box even if they have things in common.

5) my choice
I’m in love with the sharing economy, when we share something deep, create a relation between two beings. I believe this is the strongest and most sacred act we can do in order to solve our global enigma : get rid of profit-money and share some special moments together.

The renting economy doesn’t need my help nor my energy and this is not what I’m advocating for. It has nothing wrong but it doesn’t fit my agenda and my priorities and it doesn’t answer the world deepest problem to me.

6) stop the sharewashing & long live the renting economy
By calling the renting economy sharing, or by not getting into too much details about the differences between sharing and renting some companies are nurturing a lie for me. They are sharewashing. This is where my limits are.

Did you notice that renting comes from rente / rentable (which means profitable in french), quite different from the sharing – profound, human experience of being together that I spoke about earlier..

Long live the gift!

Le pouvoir de l’information

Si vous avez vu la série The Wire vous voyez le pouvoir d’action qu’a la police lorsqu’elle arrive enfin à mettre les malfaiteurs sur écoute et à scanner leurs communications. Imaginez que vous travaillez chez facebook (même pas besoin d’être à la NSA) et que vous ayez accès au graph social de l’humanité connectée sur FB. Vous pouvez voir n’importe quel historique de messagerie, chat, les liens des réseaux, les amis en communs, vous avez même accès au tissu des relations grandissantes, tagguées et avec le nombre de like, de commentaires par utilisateurs. Imaginez qu’en 3 clics vous êtes capables de tracer toutes les relations en France et dans le monde d’une personne, que vous avez accès à toutes les ips et navigateurs par lesquels il/elle s’est connectée.

Vous savez en 3 minutes plus que les policiers dans toute la série qui mettent 8 épisodes à obtenir une mise sur écoute pour un téléphone ou des bippers.

Nous ne comprenons pas bien ce pouvoir car nous ne sommes pas conscients de ce qu’il représente. Imaginez, vous pouvez tracer les liens, les nouveaux liens, les réseaux, les messages, les mots clés, voir les plus fulgurantes évolutions de likes, de partages, les tendances… Tout cela est déjà faisable de façon ouverte sur twitter car twitter est ouvert, c’est le jeu. La différence : tout le monde y a accès.

Vous vous rendez-compte de la mine d’or comportementale que cela ouvre? Vous connaissez en 2 clics les réseaux, les têtes de réseaux, les plus influents, les plus aimés, vous voyez les réseaux se connecter, les pubs qui marchent, les messages qui marchent, les tendances qui marchent à une heure précise sur une communauté de valeur précises, qui se positionne pour le bijoutier de nice, qui contre, qui aime les quenelles, qui non, qui aime Sarkozy ou Hollande etc..

En recoupant avec les goûts et les couleurs, les likes de films, de livres, vous pouvez dresser des profils types de comportements, des segmentations par âge, goûts politiques, religion, aversion au capitalisme etc.. le parfait arsenal pour avoir une carte claire des interactions humaines, des “forces en présence”. Si vous avez vu House of Cards, vous savez comment les politiques mappent les territoires et les intentions de votes pour savoir où utiliser leur budget et sur quels points clés communiquer.

Cela nous dépasse en général car nous n’avons jamais connu cela auparavant, la traçabilité de toutes nos conversations publiques et privées.
Cela nous dépasse car nous n’avons pas cette conscience du réseau et de vision holistique d’un organisme dynamique de foule.
Cela nous dépasse car nous sommes du côté des observés et non des observants.

Dans le jeu du Tao il y a cette carte “que feriez vous si vous étiez invisible”?

Et vous, que feriez-vous si vous aviez accès à toute cette information?

News du Symba avant Noël, semaine du 16 Décembre

News du SYMBA – 19/12/3 cette semaine : rencontre avec le ministère de Fleur Pellerin, innovation, PME et numérique pour parler de notre projet et voir les liens possibles avec le ministère, notamment dans l’appel French Tech.

Hier matin je présentais officiellement le Symba en public pour la première fois. C’était Place de la République…la place toute rénovée.. tout un symbole, et je me suis fait interviewé par la télé russe Russia Today ! C’était avec Isabelle Delannoy organisé par OuiShare grâce à Jenn Leblond, il y avait une 20taine de motivés passionnés.

Hier après-midi lors de notre COPIL #5 nous avons validé la structure juridique de la SCIC, nous serons donc une Société Coopérative d’Intérêts Collectifs! un clin d’oeil pour Dino ;)
C’est un grand pas en avant et une superbe nouvelle pour la co-création et le partage!

Hier soir je présentais le Symba à nouveau à la maison de l’Italie invité par Christophe Cesetti aux côtés de Paul Jorion, et Marianne Ranke-Cormier organisé par le meetup Italie. Marianne représentait Newropeans, ce mouvement créé par Frank Bianchieri qui était aussi dans LEAP : Laboratoire Economique d’Anticipation Politique. Et dire qu’en 2007, 2008 je les lisais religieusement eux et Paul et qu’aujourd’hui je suis à leurs côtés sur l’estrade avec un projet concret qui intègre les recommandations qu’ils faisaient, tellement heureux!

Ce soir fin de la tournée au Lavoir moderne et les 6 Apéros-Débats “Changer la monnaie pour changer le monde” avec Gérard Foucher Stanislas Jourdan & Stéphane Laborde.

Je suis heureux et comblé de cette aventure magnifique. Merci à tous ceux qui y croient, qui me le disent, me le font sentir et qui en comprennent l’importance. Merci à tous ceux qui nous soutiennent et nous rejoignent et donne Vie au Symba. Quel chemin depuis le TEDx à la tour Coeur Défense.
Il s’agit bien de plugger un nouveau cœur pour notre système sanguin, pour notre économie réelle, pour nous et pour le monde. Un grand Cœur qui bat pour l’île de France!

L’Islande, un modèle pour la France? Et si on demandait un référendum aux Français?

Hier, j’ai rencontré une mamie de filiation monétaire Cela m’a touché car je n’ai pas connu mes grands-mères. Marie-Louise Duboin est née en 1931, fille de Jacques Duboin, secrétaire du trésor français et fondateur de la Grande Relève. Depuis 1976, la mort de son papa, Marie-Louise a repris le rôle de rédac chef de la Grande Relève et a construit, élaboré, transmis avec Attac et d’autres le travail de son père sur l’économie distributive. 39 ans déjà.

Hier, lors d’une conférence au Biocoop d’Epone, j’ai présenté en 30 minutes la même chose qu’elle présente depuis près de 40 ans, un travail initié il y a 80 ans lorsque son père a fondé l’association Le Droit au Travail et au Progrès Social et a écrit son livre “en route vers l’abondance” parmi bien d’autres..

Dans l’excellent documentaire La Dette que je recommande, Etienne Chouard explique qu’il faut une vie pour comprendre le système et pouvoir le remettre en cause et qu’on meurt ensuite, trop tard, trop vieux pour le faire bouger.

Hier en regardant le film, j’ai pleuré quand j’ai vu l’histoire du peuple Islandais qui a marché pour aller devant la maison de son président et demander un référendum populaire pour savoir si les islandais souhaitaient payer pour les banques ou les laisser faire faillite. J’ai pleuré quand j’ai vu ce peuple qui si simplement a dit NON et a dit STOP, pleuré de bonheur de voir qu’ils l’avaient fait et que c’était possible. Pleuré de voir la beauté et la force de ce peuple qui uni a su remettre les choses à l’endroit.

Aujourd’hui, malgré mon engagement intégral au service des monnaies complémentaires, je sais que cela ne suffit pas à changer le système en place et que je me dois d’aller plus loin.

J’ai envie, à la manière des Islandais de faire une pétition pour demander au Président de la République de faire un référendum pour statuer sur :
1) la dette : et si on faisait défaut?
2) la création monétaire : et si elle repassait aux mains de l’Etat?

Proposer au président de demander aux français leur avis. Qu’en dites-vous? Seriez-vous prêts à signer? Seriez-vous capable de répondre à ces questions? Serait-ce suffisant pour faire avancer le schmilblick? Merci pour vos réponses!

Monnaies fondantes, pour quoi faire?

Il y a plusieurs fonctions dans la monnaie : unité de compte, réserve de valeur et moyen d’échange. Ces fonctions sont parfois contraires… la réserve de valeur a attrait à ce qui relève de la propriété privée alors que le moyen d’échange est plus une fonction publique..

Donc si j’épargne et garde toute la monnaie chez moi pour le futur, je peux en priver les autres pour réaliser leurs échanges. C’est ce que l’on observe à l’échelle mondiale où l’argent est ultra concentré dans certaines zones et complètement absent à d’autres endroits.

Le capitalisme avec l’intérêt valorise la thésaurisation : le fait d’épargner et d’accumuler. 100 deviendront 104 à la fin de l’année.
La fonte (développée par Silvio Gesell) mais qui existait déjà au moyen âge (monnaie de Surestarie) et en Egypte ancienne permet de diminuer la valeur de la monnaie avec le temps (comme le font les biens naturels périssables) et donc d’encourager la circulation. Pour cela voir le très bon livre de Bernard Lietaer : Au coeur de la monnaie aux éditions Yves Michel. Pour voir la conférence entière, c’est juste en-dessous :

Au cœur de la monnaie – Bernard Lietaer from UNIVERSITE INTEGRALE on Vimeo.

 

La monnaie est un outil. En fonction des besoins et de ce que l’on veut créer : accumulation et/ou circulation on peut choisir l’un ou l’autre des paramètres. Bernard Lietaer parle de monnaies Yin et monnaies Yang en disant qu’il faut les deux, que ce sont des fonctions différentes et complémentaires.

La fonte est souvent mise en place dans les monnaies locales pour stimuler sa circulation (par opposition à l’euro qui encourage l’accumulation), cela contrebalance les effets et nous apprend à penser et nous comporter différemment. La richesse se créée en fonction de la vitesse de circulation de la monnaie. En permettant à la monnaie de circuler plus vite (via la fonte) on accroît donc les échanges.

Les échanges sont différents de la consommation. Un échange de savoir, de connaissance ne consomme pas de ressources naturelles et fait du bien à tout le monde!

Pour finir, je dirai qu’il faut faire attention aux limites que nous avons pu observer au niveau global : surconsommation, croissance à tout prix, et ce que nous essayons de développer à petite échelle dans des petits réseaux : créer des échanges.

Donc des échanges locaux et intelligents sont importants et ne sont pas forcément de la surconsommation. Après c’est comme l’énergie renouvelable, cela ne nous empêche pas de bien regarder ce que l’on consomme et pourquoi on le consomme ;)

En lien, l’interview (en espagnol) de la fille de Silvio Gesell qui a étudié son oeuvre

SONJA TOMYS en OCCIDENTE: TESTIMONIOS, VISIONES y UTOPÍA (entrevista completa) from bioecon tv on Vimeo.

Good bye Madiba!

J’ai cette conviction que chacun d’entre nous canalise, concentre et incarne une part de toute l’humanité et concentre au niveau individuel une mission très spécifique dans laquelle chacun d’entre nous peut aider le porteur à sa réalisation pour le monde.

Nelson Mandela s’en est allé rejoindre le monde des esprits. Sa disparition du monde des vivants est à la fois une peine et en même temps une page qui se tourne. Je suis triste pour nous et heureux pour lui.

J’ai cette croyance qu’en mourant, il a libéré à l’humanité cette part qu’il avait tellement concentrée en lui : ce goût pour la lumière, la diversité et la liberté.

J’aime espérer que nous allons nous remplir de cette mission qu’il a tellement portée, que chacun d’entre nous va en devenir un porteur intègre et permanent. Un grand nombre n’a pas attendu sa mort pour nourrir cette envie, cette Vie, peut-être que sa mort peut nous aider à propager et à être à chaque instant garant et protecteur de la liberté de tous les êtres vivants sur cette planète.

S’il n ‘est plus là pour le faire, qui d’autre que nous pour continuer sa mission et faire perdurer la vision qu’il a nourri et que nous avons tant apprécié et valorisé?

En pensant à tous ces êtres, ces grandes Femmes et ces grands Hommes qui peuplent notre planète et qui sont plus proche de leur mort que de leur naissance, en pensant à toutes ces mères et pères, à tous ces grands-pères et grands-mères qui nous ont ouvert la voie et l’ont porté si haut toute leur Vie, je rêve que nous soyons à la hauteur de maintenir en Vie leurs rêves, ceux qu’ils ont faits pour nous, pour l’Humanité.

Bon voyage Madiba, passe le bonjour à l’autre côté pour moi et repose en Paix.
Tu peux compter sur nous pour faire vibrer ton message sur la Terre à chaque Pas.

Symba, le Copil #3 et l’introduction de la gouvernance

Hier, journée de rêve à Citizen Can avec Florent & Christine Neveu, Pastor Olivier & Isabelle Delannoy pour notre 3ème COPIL du projet Symba pour la monnaie symbiotique en Île de France.

L’équipe a rencontré Olivier, Olivier a rencontré l’équipe. Après avoir rassemblé la vision : le symbiotique avec la courroie de distribution (la monnaie), voici la 3ème roue du carrosse pluggée : la gouvernance. Pour répondre à des questions simples et ô combien importantes : qui décide? Comment on décide?

Inclure dès notre lancement interne des mécanismes d’intelligence collective, de décision par consentement et de créer une gouvernance évolutive comme faisant partie intégrante de notre ADN est un grand pas pour le Symba! Cela permettra de le mettre et de le décliner naturellement dans la monnaie : la communauté met à jour son système par elle-même en pilotage dynamique.

Cela facilite bien des choses et libère l’esprit : plutôt que de chercher la meilleure solution, cela permet de trouver celle qui marche maintenant et d’avoir confiance que nous serons apte à changer de cap quand le besoin s’en fait ressentir.

Tout un changement de posture!

Quand on parle de monnaie, on parle d’humains qui décident ensemble un système de valeur commun. Pour moi parler de monnaie oblige à parler de processus de décision collective, c’est le fruit de mon expérience et de ma pratique au sein du Transitionner avec Jean-François Noubel, au Taovillage avec Patrice Levallois, à emmapom avec Emma Pometan et avec l’UDN.

Pour (re) découvrir le travail merveilleux de laboratoire vivant que mène l’Université du Nous à Chambéry et ailleurs en France, je vous invite à visiter leur site web et à découvrir leurs actions!

http://universite-du-nous.org/

Création du futur: il est temps de passer au prochain stade de l'Humanité